~Beyond Mysteries~

{A secret place like no other one}: When the legends become reality...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Comment ca il n'y a personne [Aileen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sophia Sanchez



Féminin
Nombre de messages : 96
Age : 26
Age du perso : 21 ans
Depuis combien de temps êtes vous sur l'île? : 2 ans
Votre credo : Aimez moi ? Allez, c'est pas bien compliquey ;)
Date d'inscription : 15/04/2008

>>SoMe InFoRmAtIoNs AbOuT U<<
ReLaTiOnS:
Comment vous sentez vous ici ? Autre chose à ajouter?:
Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Comment ca il n'y a personne [Aileen]   Dim 20 Avr - 16:43

    Sophia ne s'était jamais expliqué ce phénomène, mais elle adorait la Plaine de l'île d'Atlantis. Cette vaste étendue presque déserte, les herbes d'un vert jauni qui lui arrivaient à la taille lui rappelaient les plaines du Brésil. Le bruit de la Plaine était aussi l'une des choses les plus reposantes qu'elle connaissait. Trés loin du campus ou de la plage ou des centaines d'âmes circulaient et faisaient du bruit, la Plaine avait ce côté sauvage et mélancolique a la fois qu'elle avait toujours aimé.
    En cette chaude aprés midi, elle avait décidé d'aller respirer un bon coup, et de partir sur la Plaine, seule, histoire de penser un peu. Elle avait mis un pantalon noir en lin, le plus épais qu'elle avait, pour éviter que les herbes ne lui fouettent les jambes, et avait enfilé à la va-vite un tee shirt sur son maillot de bain, pour ensuite partir sans dire un mot a qui que ce soit, pressée de retrouve "sa plaine" comme elle l'appelait parfois. Elle savait trés bien que si quelqu'un demandait à Jessica où elle était, cette dernière ne dirait rien, elle hausserait simplement les épaules avec cet air mystérieux qu'elle avait quand elle cachait quelque chose. En principe, seule Jessica savait que Sophia avait parfois besoin d'un break, besoin d'un peu de solitude pour réfléchir, mais il était posssible que d'autres personnes soient au courant maintenant, depuis le temps qu'elles habitaient sur l'ile ... Rolling Eyes

    Elle marcha vite, et dans une direction bien précise. Lorsqu'elle vit enfin une sorte de trou dans l'herbe, elle se pencha et vit son rocher chéri (ahem xD). Depuis le tout premier jour ou elle était venu sur la plaine, il y a maintenant deux ans, Sophia avait trouvé ce tout petit rocher par terre (bien trop petit pour qu'elle puisse s'y asseoir confortablement) et elle avait pris l'habitude de s'y poser, d'y rester quelques minutes, parfois quelques heures, pour ensuite rentrer, sans un mot sur son escapade et faisant comme si de rien n'était.
    Une fois de plus donc, elle se posa sur son rocher, rapprocha ses trop longues jambes de sa poitrine et appuya son menton à ses genoux. Un bruit au loin se faisant entendre, mais Sophia savait pertinemment que quelques sangliers vivaient dans ces terres, et il n'étaient en général pas trés hospitalier. Remarque, si en 2ans elle n'en avait jamais croisé un seul, c'était bien la preuve qu'elle devait les effrayer.
    Elle soupira longuement. Comment trouver sa place sur cette île, alors qu'elle ne rêvait que de partir ? Mais comment partir, la mer encerclait l'île toute entière ? Et que ferait-elle, si elle arrivait à partir, pour retrouver Tom ? Il devait la croire morte, et peut être même l'avoir oubliée. Ses yeux la picotèrent à cette pensée. L'avoir oubliée. Elle frotta vigoureusement sa joue contre son genoux pour chasser la larme qui venait d'y rouler.
    Si Sophia avait toujours considéré qu'elle n'était pas bien sur cette ile, c'était à cause de Tom, son fiancé qui l'attendait en Amérique. Au demeurant, l'ile était pourtant assez acceuillante, des gens ...
    sa pensée fut interrompue par le même bruit que tout à l'heure, beaucoup plus proche cette fois ci, et elle étira légèrement son cou pour voir au loin. Rien. Elle replongea dans ses pensées.
    Oui, elle devait admettre que Tom devait avoir refondé sa vie. Et elle devait aussi devenir quelqu'un d'autre. Avoir une vie sur l'ile ! Oui c'était ca ! Elle eut un sourire, heureuse d'avoir trouvé un objectif. Quand le bruit se fit entendre une fois de plus. De nature inquiète, Sophia interrogea les grandes plaines d'un faible :

    - Héhooow ? Il y a quelqu'un ??

    Elle entendit sa voix résonner et se perdre a l'horizon, alors que ses yeux scrutaient les alentours.

[HS : jsuis désolé, j'arrive pas à faire mieux Neutral Pas trop d'inspi mais j'ai vraiment envie de topiquer avec toi Very Happy ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/cheriie
Aileen Turner
Admiin & Dangerous Barby Doll ♥


Féminin
Nombre de messages : 1443
Age : 25
Age du perso : 21 ans
Depuis combien de temps êtes vous sur l'île? : Depuis que je suis née pauvre tache!
Votre credo : La vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie!
Date d'inscription : 24/03/2008

>>SoMe InFoRmAtIoNs AbOuT U<<
ReLaTiOnS:
Comment vous sentez vous ici ? Autre chose à ajouter?:
Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Re: Comment ca il n'y a personne [Aileen]   Lun 28 Avr - 16:27

    « -Regarde le nuage là-bas…on dirait…tu sais…comme l’animal dans le vieux bouquin de grand-mère… la li…lic…je sais plus.

    -La licorne non ?

    -Oui voilà !On dirait une licorne le nuage là-bas !

    -N'importe quoi!»

    Aileen laissa échapper un petit rire cristallin de sa gorge, les cheveux dans l’herbe douce et haute de la plaine d’Atlantis. Elle se retrouvait tous les jours ici avec lui. Lui. Son petit frère. Ils s’allongeaient l’un à côté de l’autre et observaient le ciel d’un air rêveur, laissant vagabonder leur imagination. Le plus souvent ils jouaient au jeu de « qu’est ce que tu vois dans le ciel ». C’était toujours Liam le plus doué pour trouver des idées. Aileen disait souvent qu’il était capable de voir de la lumière là où tout était noir. Rien qu’un seul petit nuage et il se mettait à imaginer qu’un royaume peuplé de créatures extraordinaires sorties tout droit d’un conte de fées y résidait. Aileen avait toujours été bien plus terre à terre, elle croyait à ce qu’elle avait devant les yeux. Elle croyait aux choses concrètes, démontrées. Et cela valait aussi pour cette île. Elle était persuadée qu’il y a avait une explication logique. Ce n’était pas possible que cet endroit soit invisible du reste du monde. Non elle refusait de se dire que son destin était tout tracé, qu’il était écrit que jamais elle ne pourrait quitter l’endroit où elle était née. Pourtant quand elle restait quelques heures seule à seule avec son petit frère, dans cette plaine, Aileen se mettait presque à croire au merveilleux, à l’improbable. Selon leur grand mère, il tenait cette créativité débordante de leur mère. Aileen aurait bien aimé avoir hérité de ça elle aussi, c’est plus facile de vivre et de surmonter les chagrins quand on a en nous la faculté de s’évader dans un autre monde bien plus beau et noble à tout moment. Son père, quand il était encore de ce monde, ne lui racontait jamais rien sur sa mère. Chaque fois qu’il essayait, il éclatait en sanglots et ne parvenait même plus à prononcer un seul mot. Sa grand mère avait souvent dit qu’il n’avait pas encore « fait son deuil ».

    « -Eh Aileen, arrête de te moquer, c’est pas gentil ! Grand-mère a dit que tu devais plus faire ça ! »l’entendait-elle encore s’exclamer d’un ton mécontent .

    - Ah oui ? Eh elle est où Grand-mère, hein dis moi ? Parce que moi pourtant je la vois nulle part !Youhouu Grand-Mère, t’es où ? »

    Et alors la petite blondinette se jetait sur son petit frère et se mettait à le chatouiller partout, juste pour pouvoir entendre ce rire joyeux qui lui était si cher. Oui…Aileen entendait encore ce rire. Mais lorsqu’elle ouvrit les yeux à ce moment précis et qu’elle tourna la tête sur le côté, elle ne vit rien d’autre que de hautes herbes. Rien d’autre. Plus de rires. Plus d’enfants en train de se chamailler. Plus de petit frère. Plus personne pour imaginer de la vie là où il n’y en avait pas. Plus personne pour faire rire Aileen .Plus personne. Cela faisait aujourd’hui onze ans qu’il n’y avait plus personne. Qu’Il avait disparu... Elle se rappelle. Elle se souvient de chacun de ses sourires, de chacun de ses regards, de chacune de ses chansons, de chacune de ses lubies, de chacune des intonations de sa voix. Parfois dans la nuit noire, elle croit entendre un cri. Un cri d’enfant. Elle ouvre les yeux et puis… plus rien. A nouveau le silence, un silence si saisissant qu’elle sent des frissons parcourir chaque pore de sa peau et son sang se glacer. Alors elle se souvient. De ce qu’elle faisait avant. Avant. Ensuite, instinctivement, elle tourne la tête. Pour ne surprendre qu’une place vide. Vide de tout, vide de Lui. C’est dans ces moments là qu’elle se rend compte à quel point elle se reposait sur lui. A quel point elle dépendait de lui. A quel point elle avait besoin de lui. A quel point elle l’aimait. Au fond c’était lui qui la protégeait. Qui la protégeait de quoi ? D’elle même sûrement. Et quand ça avait été à elle de prendre soin de lui, elle n’en avait pas été capable, elle n’avait pas été à la hauteur. Aujourd’hui il avait disparu. Où ? Elle ne savait pas. Il était mort, quelque part, tout seul. On ne devrait jamais mourir seul. On ne devrait jamais mourir tout court. C’était sa faute à elle, car elle aurait du le surveiller.

    Et tous les jours, elle continuait quand même à se rendre ici. Dans leur endroit rien qu’à eux. Quand la solitude était vraiment trop forte, elle s ‘imaginait qu’il se trouvait encore là, à ses côtés. Elle s’inventait des conversations imaginaires. Elle lui racontait dans sa tête ses soucis, ses chagrins, ses joies…et elle se demandait ce qu’il aurait bien pu lui répondre. Lui qui avait toujours réponse à tout. Perdue dans ses pensées, elle regarda un petit objet rond qu’elle fit tourner dans sa main, admirant la lumière du soleil qui s’y reflétait. Elle l’avait trouvé il y a longtemps, enfoui dans le sable chaud d’une des plages d’Atlantis. Une bague. Elle avait probablement appartenu à un naufragé dans le temps. Ce jour là, elle était avec James Standford. Son ami d’enfance. Son amour d’enfance ? C’était lui qui l’avait découverte, en fait. Aileen se souvenait encore s’être battue avec lui pour la récupérer. Un vrai garçon manqué, déjà à l’époque. Finalement il avait fini par la lui céder. C’est drôle tout ce qu’on pouvait dire ou faire à huit ans rien que pour de l’or. Même dans un lieu où l’argent était obsolète. Aileen n’avait plus de moments d’une telle complicité avec James maintenant. C’était trop compliqué. Pourquoi ? Eh bien…bonne question !Sûrement parce que la jeune femme s’empêchait au fond d’être heureuse. Parce que de toute façon, James ne la considérait plus autrement que comme une amie à présent. Et elle trouvait ça aussi bien. Non ce n’était pas vrai. Mais ce qui l’était par contre c’est que Claire Holloway valait bien plus la peine qu’elle qu’on lui offre ce genre de bijou. Elle voyait bien avec quels yeux il la regardait. Elle le connaissait assez bien pour pouvoir dire quand une fille lui plaisait ou pas. Pourtant, bien qu’elle apprécie miss Holloway, elle ne voulait pas que James sorte avec elle. Ou peut être que si en fait. Allons, faudrait savoir ce que tu veux ma petite ! De toute façon elle n’en était plus amoureuse non plus, n’est ce pas ? Si elle gardait la bague précieusement, c’était juste parce qu’elle était jolie, pas vrai ? Oui bien sûr qu’elle n’était pas amoureuse de James, ça coulait de source. Pas plus aujourd’hui qu’il y a une dizaine d’années. Et…oh, regarde Aileen : un éléphant rose qui vole là haut ! La blondinette secoua la tête pour chasser ses pensées de son esprit, puis elle se releva d’un bond. Maintenant, ça suffisait avec ces idioties. Elle allait rentrer au campement tout de suite et cesser de se laisser hanter par les démons du passé. Du moins aujourd’hui. A présent debout, elle regarda un instant le petit objet lumineux à nouveau, puis avec toute la bonne volonté du monde, elle le remit à sa place habituelle : c’est à dire sur un petit médaillon qui ne quittait jamais son cou.

    Elle s’apprêtait ainsi à quitter la plaine d’Atlantis lorsqu’elle entendit un bruit suspect non loin d’elle. Aux aguets, elle arrêta net tout mouvement et tendit l’oreille. Probablement un sanglier. Il y en avait pas mal par ici. Oh ils n’étaient pas bien méchants si on ne les contrariait pas. M’enfin, mieux valait assurer ses arrières quand même ! C’est alors que ses oreilles perçurent un son différent. Une voix humaine. Celle d’une jeune femme, sans aucun doute. On pouvait percevoir une légère note d’angoisse dans son ton. Aileen aurait bien joué à la sourde mais sa curiosité naturelle l’en empêcha. Il fallait qu’elle aille voir d’elle même. La belle blonde s’avança donc dans les hautes herbes, jusqu’à tomber sur une sorte de petit sentier. Enfin ce n’était pas un sentier, mais on voyait que quelqu’un venait tout juste d’y passer, faisant se coucher les hautes herbes par la même occasion. Elle suivit la trace quelques mètres puis se retrouva nez à nez avec une jeune femme, assise sur un petit rocher. Aileen la dévisagea un instant, sans un mot. Enfin, Aileen, ta mère ne t’a jamais appris la politesse ? On dit bonjour, on se présente devant une inconnue ! On ne la toise pas du regard comme ça, ce n’est pas correct. Oui enfin ; sa mère, elle ne l’avait pas connu, alors ! Enfin si, mais juste les trois premières années de sa vie. Vous pensez bien qu’elle n’en avait conservé qu’un très vague souvenir !Elle remarqua que cette jeune femme était vraiment très jolie, même mieux que ça mais bon Aileen n’était pas une experte en beauté féminine. Et visiblement, elle semblait assez inquiète. En tout cas, elle non plus n’avait pas encore sorti le moindre mot. Finalement, ce fut miss Turner qui brisa le silence :
    «Hum...C’est vous que je viens d'entendre ? »

    Elle avait dit ça d’une voix neutre et posée, comme elle le faisait à chaque premier contact de toute manière. On ne pouvait distinguer aucune émotion dans son ton, ni méchanceté ni sympathie. Quoi, elle n’allait pas se mettre à déroger à la règle pour cette jeune femme tout ça parce que sa tête lui inspirait une bonne impression, non ? Elle se souvint alors qu’elle avait déjà vue cette femme auparavant. Elle la voyait souvent avec Cooper Hamilton. Aussitôt une légère pointe de jalousie commença à titiller Aileen en observant la beauté parfaite présente devant elle. Tiens, miss Turner être jalouse ?Oui enfin ça c'était pas nouveau!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dangerous-temptation.forumactif.us/index.htm
Sophia Sanchez



Féminin
Nombre de messages : 96
Age : 26
Age du perso : 21 ans
Depuis combien de temps êtes vous sur l'île? : 2 ans
Votre credo : Aimez moi ? Allez, c'est pas bien compliquey ;)
Date d'inscription : 15/04/2008

>>SoMe InFoRmAtIoNs AbOuT U<<
ReLaTiOnS:
Comment vous sentez vous ici ? Autre chose à ajouter?:
Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: Comment ca il n'y a personne [Aileen]   Lun 28 Avr - 20:19

[je suis désolée, c'est ridiculement court à côté du tien, mais je voulai te répondre vite pour te lire encoooore xD]
    Sophia scruta l'horizon plus posément. Non non non, un sanglier, ca n'était pas bien grand, mais c'était tout de même assez imposant. Quelque chose comme un petit mètre de largeur non ? C'est vrai qu'au Brésil, elle n'avait pas souvent eu l'occasion de croiser ce genre de bête. Ca ne lui avait jamais manqué, mais parfois, elle s'en voulait de n'avoir jamais pris de cours de self défense. Disons que si un sanglier venait à passer dans les hautes herbes, c'était mathématique, celles ci se coucheraient sur son passage, et tout autour de lui. Sophia le verrait, oui, bien sûr, celà formerait ... et bien des sortes de galleries vers le ciel, qu'elle verrait s'affaisser, et elle aurait le temps de le voir arriver de loin et de ... se mettre debout sur son rocher de 7,5 cm peut être ?

    Elle se forca à respirer plus calmement, et rapprocha un peu plus ses jambes de son corps, au cas où, et attendit patiemment sans faire aucun bruit que "la chose" finisse par s'éloigner. De nature patiente, elle avait bien réussi àtenir pratiquement 6h enfermée dans un placard quand elle avait 12ans, alors que son amie de classe dealait de la cocaine. Alors, pourquoi ne pas attendre une petite heure qu'un sanglier ne s'en '

    Ah non, ca n'était pas (du tout) un sanglier. C'était une jeune femme blonde, de taille moyenne, avec de grands yeux qui plongèrent Sophia dans l'embarras. Etrangemment, les yeux de cette jeune femme était à la fois magnétiques et glacés, il paraissait tellement difficile de la comprendre en un seul regard que Sophia resta bloquée sur ses prunelles, se demandant qui pouvait bien être cette demoiselle. D'habitude, Sophia savait presque en un seul regard détecter la personnalité d'une personne, et elle prévoyait à l'avance si elle allait vraiment l'apprécier ou non. Mais le sentiment étrange qu'elle avait en regardant cette inconnue la rendait toute chose. C'était comme ... avoir quelqu'un dans ses bras, tout prés de soi, mais couler en même temps dans des eaux glacées. Un sentiment trés indescriptible.

    Mais aprés cette phase de contemplation mutuelle, la demoiselle fut plus polie qu'elle et plus vive pour reprendre ses esprits et lui demanda si c'était elle qu'elle venait d'entendre. Sophia fut surprise par la voix de la jeune femme, qui la fit cependant sortir de sa "pseudo analyse" et se rendre compte que cette jeune femme n'avait pas que des yeux, mais aussi tout un corps qui allait avec. Elle lui répondit, gênée et d'un ton un tout petit peu enroué :


    - Ahem, oui euh ... je croyais qu'il y avait ... des, des sangliers.

    Elle pencha la tête sur le côté une petite seconde, comme pour signifier qu'en fait il n'y en avait pas. Elle réfléchit soudain, et si cette jeune femme avait crut que Sophia l'avait prise pour un sanglier à sa démarche ou à ses bruits ? Elle se devait de mettre les choses au clair, quitte à être un peu plus gênée encore.

    - Mais ... vous n'êtes pas euh un sanglier en fait.

    Elle eut un léger rire nerveux, et se promit de ne plus jamais parler de toute sa vie. Elle était consternante quand elle s'y mettait. Impossible de nouer connaissance avec quelqu'un. Sans Jessica, Sophia n'était finalement qu'une fille mignonne et muette. Elle replaca une mèche de ses longs cheveux bruns derrière son oreille, et soupira imperceptiblement. Elle devait faire ses preuves seule. Sophia campa ses deux pieds au sol, se dressa du haut de son mètre quatre vingt et eut un léger sourire pour la demoiselle en face d'elle, plus petite de quelques centimètres.

    - Sophia, et toi ?

    Oh-mon-dieu, elle venait de dire quelque chose d'intelligible et dans le but de communiquer avec quelqu'un qu'elle ne connaissait pas encore ... c'est sûr, elle était sur la bonne voie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/cheriie
Aileen Turner
Admiin & Dangerous Barby Doll ♥


Féminin
Nombre de messages : 1443
Age : 25
Age du perso : 21 ans
Depuis combien de temps êtes vous sur l'île? : Depuis que je suis née pauvre tache!
Votre credo : La vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie!
Date d'inscription : 24/03/2008

>>SoMe InFoRmAtIoNs AbOuT U<<
ReLaTiOnS:
Comment vous sentez vous ici ? Autre chose à ajouter?:
Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Re: Comment ca il n'y a personne [Aileen]   Lun 28 Avr - 21:36


    Aileen avait l’habitude de déstabiliser les autres. Ce n’était pas forcément voulu, mais le résultat était le même. Depuis la mort de son frère, elle s’était mise à devenir disons…asociale ? Oui, c’était le mot juste. On dit que les épreuves de la vie adoucissent certaines personnes, leur permettent d’éprouver de la compassion pour ceux qui souffrent. Dans le cas d’Aileen, cela avait eu l’effet contraire. Les épreuves l’avaient endurci, lui avaient presque donné un cœur de pierre. Elle s’en était tellement voulu de ne pas avoir su le protéger, d’avoir été égoïste en souhaitant occuper une de ses soirées autrement qu’en jouant les nounous, que depuis c’était comme si elle se refusait le droit d’être heureuse. A présent ; chaque fois qu’elle sentait que tout allait à merveille dans sa vie, oui à chaque fois qu’un sentiment de bien-être l’envahissait, elle se débrouillait pour faire éclater ce petit nuage rose en fumée. Elle avait déjà fait le coup à James. Pendant huit mois, ils avaient vécu le parfait amour ; puis un matin, Aileen s’était réveillée et avait pris peur. Comment osait t’elle être si heureuse pendant que son petit frère décrépissait quelque part dans l’île, par sa faute ?La belle blonde avait alors décidé que non, elle n’avait pas le droit à toute cette satisfaction. Elle devait rompre et sans attendre ! Le pire c’est qu’elle ne s’était même pas demandé ce que James ressentait, lui. Mais croyez moi elle avait amèrement regretté sa décision. Si sur le coup dire « Tout est fini »avait été simple, le fait qu’il refuse de la voir par la suite lui avait fait très mal. Mais pouvait-elle lui reprocher ? Non, évidemment elle ne pouvait pas. A sa place, elle ne lui aurait même jamais pardonné et ne serait jamais redevenue son amie. Mais James n’était pas comme elle, heureusement. Peut être que c’était pour ça qu’elle l’aimait. Parce qu’il était si « parfait ».Qui a dit que la perfection était ennuyeuse ? En réalité, il n’était pas parfait, mais pour Aileen et sûrement pour beaucoup d’autres comme Presley Lewis par exemple, il l’était. Bref, pourquoi fallait-il qu’elle pense sans arrêt à lui même quand il n’y avait aucune raison de le faire, hein dites moi ?

    Je disais donc ; la magnifique jeune femme, il fallait bien le reconnaître, devant Aileen semblait assez perturbée et désorientée. Dans un élan de maladresse, elle compara presque la blondinette à un sanglier…hurm. Enfin, elle ne lui en voulait pas hein !Une fois aussi elle avait eu une petite frayeur en croisant deux sangliers et leur progéniture dans cette même plaine. Le papa, la maman et les bébés marcassins. Si c’est pas mignon tout ça !A croire que même les animaux tentaient de lui rappeler qu’elle n’avait plus de famille, et ce depuis longtemps. Quand la brunette lui lança que visiblement, elle n’était pas un sanglier, Aileen se retint de sourire. Cette fille lui plaisait. Amicalement parlant, cela va de soit : jusqu’à preuve du contraire, Aileen n’était portée que sur la gente masculine !Non vraiment, elle dégageait une certaine innocence, et puis surtout une certaine joie de vivre. Elle n’aurait pas pu s’expliquer pourquoi mais cette fille semblait assez paradoxale : à la fois joyeuse et triste, forte et vulnérable. Elle lui répondit alors avec une pointe d’ironie et d’amusement :

    « -Non je ne suis pas un sanglier, c’est vrai !Je suis contente que tu t’ en sois aperçue ! »

    Il y a seulement deux minutes, Aileen vouvoyait la jeune femme…et maintenant elle la tutoyait…Cherchez l’erreur !Disons que la belle blonde n’utilisait pas le vouvoiement pour montrer une marque de respect envers son interlocuteur, non elle utilisait plutôt ça pour mettre de la distance. Et là en l’occurrence, elle n’avait aucune envie de mettre de l’éloignement. Enfin elle n’était pas sur le point de devenir meilleure amie avec la personne en face d’elle, mais elle n’avait pas non plus envie de se montrer froide ou désagréable avec la superbe brésilienne. Et puis elle avait l’air de lui avoir déjà assez mis la trouille, pas la peine d’en rajouter !La demoiselle se présenta ensuite. Sophia. Joli prénom qui lui allait comme un gant. Ouh là, peut être qu’elle baissait trop rapidement ses armes là. Ok elle lui faisait une bonne impression, même une très bonne…mais si la vie lui avait bien appris quelque chose c’était qu’il ne fallait jamais se fier à sa première impression. Car parfois on pouvait se tromper, même si on était une personne aussi intuitive qu’Aileen…Parce que l’erreur est humaine, n’est ce pas ? Elle ne put s’empêcher d’employer un ton amical malgré tout lorsqu’elle se présenta à son tour :

    « Aileen. Je m’appelle Aileen. »

    Elle repoussa une mèche de cheveux blonds qui venait couvrir ses yeux et ajouta sur le ton de la plaisanterie :
    « Désolée si je t’ai fait peur…Enfin avec tes grandes jambes je suis sure que ça aurait été un jeu d’enfant de semer un troupeau de sangliers ! »
    Malgré son air détendu, Aileen restait sur la défensive, ne vous en faites pas ! Elle ne se laissait pas amadouer aussi facilement, c’était juste que pour l’instant elle ne voyait pas de raisons pour se montrer agressive.

[Ah bah du coup j'ai tout fait pour te répondre rapidement! mdr Désolée si jamais le résultat est pas à la hauteur de tes espérances^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dangerous-temptation.forumactif.us/index.htm
Sophia Sanchez



Féminin
Nombre de messages : 96
Age : 26
Age du perso : 21 ans
Depuis combien de temps êtes vous sur l'île? : 2 ans
Votre credo : Aimez moi ? Allez, c'est pas bien compliquey ;)
Date d'inscription : 15/04/2008

>>SoMe InFoRmAtIoNs AbOuT U<<
ReLaTiOnS:
Comment vous sentez vous ici ? Autre chose à ajouter?:
Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: Comment ca il n'y a personne [Aileen]   Ven 2 Mai - 21:32

[HS : je suis hypra désolée du retard -__-']


    Sophia fut soulagée de voir que la demoiselle devant elle avait compris son raisonnement, ou bien à défaut de l'avoir compris, avait un minimum de sens de l'humour. Il arrivait souvent à Sophia de dire certaines choses relativement idiotes, et lorsqu'elle y réfléchissait quelques secondes plus tard, elle se demandait pourquoi Dieu lui avait donné un cerveau aussi lent. Non, en fait Dieu ne lui avait pas donné un cerveau lent. Elle en était sûre, c'était cette île qui l'avait ralentie. Avant, au Brésil, Sophia était vive et rapide d'esprit, un peu plus extravertie et surtout bien plus drôle. Le Brésil ... Quand elle y repensait, elle sentait presque les rayons chaud du soleil sur sa peau déja pré-bronzée depuis sa naissance (xD), et des odeurs d'orange venaient lui chatouiller le nez. Elle en deviendrait folle si elle ne cessait pas de penser ou à l'Amérique ou au Brésil. Elle était sur cette île, elle devait l'accepter. Mettre à éxécution son plan "je-dois-m'intégrer-me-faire-des-nouveaux-amis"

    Et justement, la jeune fille en face d'elle avait l'air d'être exactement le genre de personne avec qui Sophia pourrait bien s'entendre. Pas trop éxubérante, elle semblait assez détaché des évènements qui l'entouraient. Peut être pour mieux les analyser, ou bien pour s'en protéger ? Ses yeux passionnaient encore la jeune brésilienne, qui s'en était décrochée mais avait toujours cet étrange sentiment quand elle fixait son interlocutrice. Aux intonations qu'elle employa ensuite, Sophia se sentit plus en confiance. L'absence de sentiment de sa phrase précédente avait laissé place à une pointe d'humour avec un léger rire. Et la jolie blonde semblait plus souriante. Bon d'accord, un tout petit peu plus souriante. Ca s'annonceait bien.

    Aileen ... Sophia laissa ce prénom résonner dans sa tête, se disant qu'elle avait déja dû l'entendre quelque part, ou bien peut être voir cette jeune fille ? Elle ne se creusa pas la tête bien longtemps, au bout de deux ans passés sur l'île, il était normal qu'elle commence à avoir fait le tour de ses habitants. Mis à part les Royalist, que Sophia avait du mal à comprendre, elle avait fréquenté a peu prés tous les groupes. Et Aileen faisait partie des Rebelious, le genre de personne qui avaient eux aussi du mal avec les Royalist. Aussi, les deux jeunes filles avaient dû se croiser, sans pour autant se parler, lors d'une soirée. Oui, ca y est, ca lui revenait, elles étaient liées quelque part, puisque Aileen connaissait Cooper Hamilton, un jeune homme qui interessait à peu prés la moitié des filles de l'île et avec qui Sophia s'entendait vraiment bien. Purement par amitié d'ailleurs.

    Aileen ajouta d'une voix plus posée que Sophia aurait pu fuir avec ses longues jambes. Elle ne savait pas si elle devait prendre ce constat pour un compliment, mais Sophia fit un grand sourire à Aileen. Sophia n'était pas vraiment froide, et si elle mettait longtemps à accorder sa confiance au gens, une fois qu'elle appréciait quelqu'un et qu'elle se sentait à l'aise, elle était adorable, et trés fidèle. Contrairement à sa meilleure amie, Jessica Weston, elle n'aurait pas l'idée d'aller critiquer quelqu'un dans son dos, elle qui en avait bien trop souffert. Souvent, les gens la jugait sans la connaitre. Ses airs de bimbo et son sourire laissaient paraître une image étrange d'elle même et peu de personne la connaissait vraiment. Elle avait presque l'impression qu'Aileen lui ressemblait sur ce point, elle laissait paraitre quelque chose qu'elle n'était peut être pas. Sophia n'était pas sûre de cela, et elle ne demandait qu'a connaitre la jeune fille aux yeux énigmatiques en face d'elle, mais elle avait ce sentiment qu'elle n'arrivait pas à chasser qu'Aileen n'était pas celle qu'elle laissait paraitre.

    Sophia plissa ses yeux dans un sourire et poursuivit sa conversation :


    - Ce n'est pas grave, le mal est réparé.

    Elle regarda le ciel quelques secondes et soupira légèrement. Elle tentait de faire le vide. Tiens, mais qu'est ce qu'Aileen faisait ici ? Il n'y avait que peu de gens assez mystérieux pour venir sur La Plaine, et Sophia n'y avait jamais croisé personne avant. Elle ne savait pas si Aileen se bloquerait face à sa question, mais elle décida de la poser quand même. Elle se racla doucement la gorge avant de demander

    - Tu ... aime cette Plaine toi aussi ?

    Une lueur passa dans les yeux d'Aileen, et Sophia crut y percevoir un éclat de tristesse, mais Aileen se ressaisit vite, et reprit son apparence calme. Sophia pria intérieurement qu'elle n'ait pas vexé la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/cheriie
Aileen Turner
Admiin & Dangerous Barby Doll ♥


Féminin
Nombre de messages : 1443
Age : 25
Age du perso : 21 ans
Depuis combien de temps êtes vous sur l'île? : Depuis que je suis née pauvre tache!
Votre credo : La vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie!
Date d'inscription : 24/03/2008

>>SoMe InFoRmAtIoNs AbOuT U<<
ReLaTiOnS:
Comment vous sentez vous ici ? Autre chose à ajouter?:
Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Re: Comment ca il n'y a personne [Aileen]   Ven 2 Mai - 23:18


    En faisant remarquer à Sophia qu’elle avait de longues jambes ; Aileen tentait en effet de lui faire un compliment. Ce n’était pas son genre de déguiser des paroles méchantes sous de l’ironie, quand elle pensait quelque chose de quelqu’un elle lui disait, que ce soit pour souligner quelque chose de positif ou pas. S’embarrasser de non-dits et de paroles hypocrites, très peu pour la jeune femme. C’est vrai que parfois ses « remarques »faisaient plus mal qu’autre chose mais tant pis. Au fond Aileen était persuadée qu’elle leur rendait plus service que ceux qui leur racontaient qu’ils étaient parfaits. Et puis n’est ce pas aussi pour ses défauts qu’on aime une personne ? Du moins c’est comme ça qu’elle fonctionnait. Les gens qu’elle aimait étaient pour la plupart loin d’être parfaits et pourtant ça ne l’empêchait pas de tenir à eux. Matthew Sanders par exemple. Celui là avait réussi à se mettre à dos la plupart des membres de son propre groupe. Pour ne pas dire la totalité !Pourtant il restait l’un des amis les plus proches d’Aileen. Malgré leurs disputes quasi-quotidiennes. Mais vous savez ce qu’on dit ? « Un vrai ami sait tout de vous et il vous aime quand même. »Et bien malgré tous ses énormes défauts, Aileen aimait quand même Matthew. En terme d’amitié bien sûr. C’était peut être le seul habitant de l’île avec qui elle avait une relation à 100 % platonique. Jamais il ne lui viendrait à l’esprit d’avoir une aventure avec lui, et elle savait que c’était pareil pour lui. Non pas que le brun manque de charme, au contraire, mais ce serait…comment dire ? Trop bizarre. Elle aurait l’impression de sortir avec un membre de sa famille. Non vraiment hors de question. Rien que d’imaginer un truc pareil ! Bref. Enfin voilà tout ça pour dire qu'Aileen était plutôt tolérante, sachant qu'elle même était loin d'être un modèle de perfection.Elle évitait de se fier à ses premières impressions et aux ragots, elle aimait mieux se faire un avis d'elle même sur la personne. Les gens ne sont pas toujours ce qu'ils paraissent être, Aileen en était la preuve vivante.

    C’est là que Sophia posa la question qu’Aileen aurait voulu ne jamais entendre. Le souvenir de son petit frère qu’elle avait réussi à effacer quelques minutes de son esprit venait de ressurgir d’un coup. Elle eut l’impression de se prendre une grande claque en pleine figure. Si elle en avait eu la force, Aileen aurait éclaté en sanglots là tout de suite. Mais elle ne pouvait pas. Il n’y avait pas de consolation possible à son chagrin. Vous allez probablement la prendre pour un monstre mais la blondinette n’avait pas pleuré depuis qu’elle avait appris la disparition de son petit frère. Ce jour là, Aileen avait pleuré toutes les larmes de son corps et depuis c’était étrange mais c’était comme si elle n’en avait plus en stock, même après toutes ces années écoulées. Pourtant ce n’était pas l’envie qui lui avait manqué de pleurer un grand coup pour apaiser ses souffrances parfois. Après sa grande dispute avec celle qu’elle avait toujours considéré comme sa meilleure amie Keira. Après sa rupture avec James. Après…que sais je ? Il y avait eu tellement d’occasions. Elle s’était sentie blessée tellement de fois. Mais elle n’y arrivait pas, elle n’y arrivait plus. Ce n’était pas pour ça qu’elle souffrait moins que quelqu’un d’autre. Non c’était juste qu’elle n’arrivait pas à extérioriser sa peine de la même façon que les autres. Alors à la place, elle se renfermait sur elle même ou bien se montrait odieuse. Elle s’était forgé une sorte de carapace, presque impossible à percer. Elle se ressaisit cependant bien vite, refusant de laisser percevoir à la brésilienne son trouble. Les apparences, toujours ces maudites apparences. Non elle ne supportait pas de se montrer sous un jour vulnérable et fragile. Et surtout elle n’aurait pas supporté que la jeune femme ait pitié d’elle. Elle n’avait franchement pas besoin de ça.


    « C’est difficile comme question. J’y viens surtout par habitude maintenant, je crois. » répondit la belle blonde simplement. Elle ajouta ensuite, plus histoire d’éviter que la jeune femme se montre curieuse et en demande plus que par curiosité: «Hum…et toi ? »

    Aileen espérait vraiment que la jeune Misunderstood n’avait pas remarqué sa tristesse à l’évocation de la plaine. A croire qu’elle avait vraiment une peur bleue qu’on découvre qu’elle était un être humain, avec tout ce qui va avec !C’est comme quand elle va « rendre visite » à sa mère…au cimetière. Elle s’y achemine toujours de nuit, pour ne pas qu’on la surprenne à y aller. Et puis aussi pour être tranquille. En général elle n’y croise personne car les gens ont peur d’y aller. Sois disant l’endroit est hanté et la nuit les esprits des morts sortent de leur tombe. N’importe quoi !La preuve, il ne lui était encore jamais rien arrivé là-bas. Mais bon ; il fallait toujours que les gens, peu importe où ils se situaient dans le monde, s’inventent des histoires de légende à dormir debout. Oui je sais ce que vous pensez : miss Turner est une demoiselle incroyablement terre à terre pour quelqu’un qui est née et a toujours vécu sur une île qu’on ne peut pas quitter et qui est totalement inconnue du reste du monde. Mais Aileen était intimement persuadée qu’il y a avait un moyen de partir d’ici, mais que c’était juste que personne ne l’avait encore découvert. Peut être bien que la manière de quitter Atlantide était si évidente que c’était pour ça qu’on ne la trouvait pas.

[Post limite nul Rolling Eyes Mais vraiment pas d'inspiration et je voulais pas te répondre dans trois mille ans xD Et pas grave pour ton retard t'inquiète Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dangerous-temptation.forumactif.us/index.htm
Sophia Sanchez



Féminin
Nombre de messages : 96
Age : 26
Age du perso : 21 ans
Depuis combien de temps êtes vous sur l'île? : 2 ans
Votre credo : Aimez moi ? Allez, c'est pas bien compliquey ;)
Date d'inscription : 15/04/2008

>>SoMe InFoRmAtIoNs AbOuT U<<
ReLaTiOnS:
Comment vous sentez vous ici ? Autre chose à ajouter?:
Open for a topic?: Close =(

MessageSujet: Re: Comment ca il n'y a personne [Aileen]   Ven 9 Mai - 17:35

Aileen avait eut l'air vulnérable lorsque Sophia lui avait posé cette fameuse question. Oh certes, quelques secondes seulement, peut être même quelque millièmes de secondes, mais Sophia se sentit un peu gênée d'avoir pu occasionner ce sentiment chez la jeune femme. Elle semblait pourtant si sûre d'elle, si posée, si ... intouchable. Le genre de personne que peu de choses peuvent atteindre, ces personnes si fortes et si droites qu'elles n'avaient jamais besoin de verser une larmes ou d'avoir un calin. Le temps avait souvent démontré à Sophia que ces personnes là étaient plus fragiles que les autres en réalité, mais elles le cachaient trés bien. Aileen serait elle ce genre de personne là ? Sophia ne tenait pas à son prononcer trop tôt. Elle ne pouvait pas juger Aileen en un coup d'oeil, elle semblait avoir trop de facettes. Mais elle devait avouer qu'elle avaient envie d'en savoir plus sur la miss blondinette.

Sophia était assez ouverte, comme une vieille valeur qu'elle avait gardé du Brésil. La bas, les gens ne faisaient pas de grands yeux lorsque vous leur disiez bonjour sans les connaitre. Ils ne se demandaient pas si vous comptiez les tuer lorsque vous vous asseyez à côté d'eux sur un banc. Alors que sur Atlantis, même si l'ambiance n'était pas non plus électrique, certaines personnes étaient méfiantes des gens comme Sophia. Comme si les Misunderstood avait des puces, ou bien une déviance qui serait contagieuse. A vrai dire, sur cette île et depuis son arrivé, elle avait fait la connaissance de certaines personnes certes, la plupart du temps d'autres jeunes qui cherchaient comme elle à quitter l'île, mais elle ne s'était pas vraiment fait de vrais bons amis sur qui compter en cas de problème. Il lui restait Jessica, qui se faisait de plus en plus absente. Que l'intégration était donc dure ici, même quand on étais plutôt jolie et sympatique. Pffff, parfois, Sophia se demandait si elle serait un jour aussi à l'aise sur cette île qu'au Brésil. Même climat, même meilleure amie, mais c'était les seuls points qui rapprochaient Atlantis du Brésil. Et c'était bien dommage.

Elle n'avait donc pas connu ce sentiment de vouloir découvrir une autre personne depuis bien longtemps, bien trop longtemps sûrement, et elle s'en rendait compte, elle était incapable de se lier d'amitié comme ca, sans faire d'effort avec Aileen, alors que deux ans plus tôt, si elles avaient eu la chance de se croiser autre part, Sophia n'aurait même pas eu à réfléchir avant de parler, ou bien à analyser les impact possible de son comportement. Elle ne savait plus se comporter en société, ou du moins en collectivité, et ne savait pas comment réagir face à la jeune femme qui lui fesait face. Pourtant, elle avait vraiment envie de partager quelque chose avec elle, d'entrer en contact avec cette demoisele qui lui avait paru si étrange mais si interessante, dès la toute première seconde où elle avait posé ses yeux sur elle.

Sophia ne croyait pas au coup de foudre amical, elle pensait qu'une amitié devait se construire, petit à petit, survivre à des obstacles pour grandir, et qu'un vraie amitié ne pouvait pas vraiment naitre comme ca sans que la personne en face d'elle ne soit vraiment quelqu'un d'exceptionnel. Et si Aileen était finalement quelqu'un d'assez exceptionnel pour lui faire tout oublier de cette ile, depuis le misnuscule campement où elle dormait jusqu'a l'ennui que Sophia y éprouvait ? aileen avait toujours vécu ici, peut être qu'elle apprendrait à Sophia comment vivre sereinement sur cette île aprés tout, si elle était aussi interessante que cette première rencontre ne le laissait paraitre.

Mon dieu, le mot première rencontre fit réaliser à Sophia combien elle s'était laissé emporter. Il lui arrivait souvent de se faire des petites parenthèses, de laisser son imagination la porter, mais quelque fois, c'était un peu gênant. Combien de temps avait elle donc laissé Aileen seule face à une jeune fille perdue dans ses pensées qu'elle ne connaissait pas ? Elle ne voulait pas y penser. Elle devait faire bonne impression. Et surtout elle devait arrêter de penser.

- Et bien euh, je viens ici parce que ...

Elle ne savait pas si elle devait parler à Aileen comme à une amie ou simplement trouver une excuse bidon pour être sur cette Plaine. Peut être que la jolie jeune femme en face d'elle avait autre chose à faire que de l'écouter parler à n'en plus finir ... Quelque chose disait à Sophia qu'elle pouvait parler à Aileen et une attitude indéfinissable de la jeune femme l'y poussait. Pourquoi ne pas finir sa phrase aprés tout ?

- Ca me rappelle le Brésil. Le bruit des herbes la solitude, tout ca ... Je trouve ca plus agréable que ce campement bondé de gens qui tournent en rond avec pour seul but de toujours écraser les autres ...

Aprés avoir fini sa tirade, elle baissa les yeux quelque secondes. Elle se sentait mal sur l'île, c'était vrai, et tout le monde le savait, mais elle n'en avait jamais parlé à quelqu'un d'autre qu'a un membre de son "clan". Elle se demanda sans même se rendre compte que c'était aussi une pensée si Aileen allait bien réagir à ce qu'elle venait de dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/cheriie
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comment ca il n'y a personne [Aileen]   Aujourd'hui à 21:23

Revenir en haut Aller en bas
 
Comment ca il n'y a personne [Aileen]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cécile SLANKA - Comment lui dire adieu
» comment faire pour flasher avec rofs2?
» faire une carte grise
» Prendre une photo d'un sujet en mouvement
» comment découper un objet ou une personne avec gimp 2 svp?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~Beyond Mysteries~ :: ATLANTIS ISLAND :: { Atlantis North } :: La Plaine-
Sauter vers: