~Beyond Mysteries~

{A secret place like no other one}: When the legends become reality...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Maladroite, vous avez dit maladroite? [Keira]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aileen Turner
Admiin & Dangerous Barby Doll ♥


Féminin
Nombre de messages : 1443
Age : 25
Age du perso : 21 ans
Depuis combien de temps êtes vous sur l'île? : Depuis que je suis née pauvre tache!
Votre credo : La vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie!
Date d'inscription : 24/03/2008

>>SoMe InFoRmAtIoNs AbOuT U<<
ReLaTiOnS:
Comment vous sentez vous ici ? Autre chose à ajouter?:
Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Maladroite, vous avez dit maladroite? [Keira]   Mar 29 Avr - 13:08

    L’un des endroits qu’Aileen préférait sur cette île était sans aucun doute la bibliothèque de l’île ‘Atlantis. Déjà toute petite, elle adorait s’y rendre. Et ce même quand elle ne savait pas encore lire. Elle était fascinée par toutes ces lettres d’imprimerie, par l’odeur si particulière des vieux ouvrages et par les dessins en couverture. Dessus il y avait toujours écrit des noms de gens célèbres qu’elle ne connaîtrait jamais et qui de toute façon étaient déjà mort depuis plusieurs siècles pour la plupart. Elle avait son coin favori, où elle s’asseyait seule pour « dévorer des romans »comme sa grand mère lui disait. Son petit frère Liam aussi adorait venir ici. Il avait toujours raffolé des histoires, surtout celles qui parlaient de magie et de contes merveilleux. Mais depuis onze ans, il n’était plus là. Après sa « disparition », Aileen avait déserté la bibliothèque. A quoi bon s’y rendre, si c’était sans lui ?Mais finalement, au bout de quelques mois, elle n’avait pas pu s’empêcher d’y retourner ,en grande lectrice qui se respecte. Peut être que ça pouvait paraître un peu bête mais quand elle était ici, elle avait encore l’impression de sentir sa présence, tout près d’elle. Comme si son esprit avait été emprisonné entre les pages. C’était une illusion bien sûr mais quand on vient de perdre un être aussi cher, on est capable de se raccrocher à n’importe quoi. A n’importe qui ? Depuis deux ans, elle travaillait même ici. Elle était sensée ranger et surveiller les précieux et si rares livres d’Atlantis. Avant, c’était une des aînées qui s’en chargeait. Mais elle se trouvait trop âgée maintenant et avait décidé de léguer sa place à quelqu’un d’autre. Et son choix s’était porté sur Aileen Turner. Beaucoup avaient trouvé ça bizarre de confier ça à une Rebellious, surtout à quelqu’un comme la jolie blonde qui se faisait plus remarquer par ses frasques que par son amour de la littérature. Mais la femme avait insisté, il faut dire qu’elle voyait bien que cette librairie était importante aux yeux d’Aileen. Elle avait aussi demandé à Rebecca Mayers de tenir la bibliothèque avec la blondinette. Au départ elles étaient comme chien et chat. Forcément quand on possède des caractères si opposés !Mais finalement, elles avaient appris à se supporter et avaient même fini par s’apprécier. Bon il arrivait souvent qu’elles entrent en conflit, mais ça ne durait jamais bien longtemps. Aileen savait qu’en cas de problème personnel, elle pouvait se confier à Rebecca. Certes elle ne le faisait jamais mais elle trouvait ça rassurant de savoir que si un jour l’envie lui prenait de le faire, elle pouvait.

    Ce matin là, Aileen était sensée aller rejoindre sa meilleure amie, enfin plutôt son ex meilleure amie on pouvait dire, Keira, à la plage. Elles devaient « discuter ». Depuis plusieurs semaines, la brunette tentait vainement de regagner la confiance si peu facile à obtenir d’Aileen. Mais c’était peine perdue, bien qu’elle compte toujours autant à ses yeux elle n’arrivait plus à croire la jeune femme sincère avec elle. Elle lui en avait énormément voulu d’être sortie avec James alors qu’elle savait très bien à l’époque qu’Aileen avait des sentiments pour lui. La belle blonde lui avait dit que c'était pardonné récemment, il faut dire que ça remontait à plusieurs années maintenant mais hors de question de se confier à elle comme elle avait pu le faire par le passé. Peut être qu’elle se montrait un peu rancunière sur ce coup là. Surtout qu’elle n’avait pas de quoi être fière non plus. Aileen avait en effet eu une aventure d’un soir avec Andrew Simpson, peu de temps après sa rupture avec Keira. Il fallait mettre ça sur le compte de l’alcool. L’ « incident » s’était produit après une soirée où elle avait bu plus que de raison. Résultat, sans trop savoir le pourquoi du comment, elle s’était réveillée dans des draps qui n’étaient pas les siens ,dans le lit d’un gars qu’elle n’aurait même pas regardé en journée. D’ailleurs les souvenirs de cette soirée étaient vagues, très vagues. Elle lui avait fait promettre de n’en parler à personne et elle était presque sûre qu’il tiendrait sa langue, mais bon…elle n’y aurait pas mis sa main à couper non plus !Je disais donc, elle aurait du aller se balader avec miss Austin aujourd’hui. Sauf qu’un orage s’était déclaré, et quand ça se produisait, la pluie et les éclairs tombaient pendant des heures et des heures. Comme toute personne saine d’esprit, Aileen aurait du rester bien tranquillement au campement. Mais têtue comme une mule, elle avait décidé que non. Franchement ce n’était pas le sale temps dehors qui allait empêcher miss Turner de faire ce dont elle avait envie, non mais ! Elle était donc sortie quand même et avait décidé d’aller à la librairie d’Atlantis. Quand elle entra dans la petite enseigne, Rebecca, probablement arrivée bien avant que la pluie ne se déclare, la regarda avec des yeux ronds.


    « Aileen !…T’es folle ou quoi de sortir en plein orage ? »

    « Quoi toi aussi t’es là !J’allais pas me laisser emmer…euh…ennuyer par un petit orange de rien du tout ! »

    Au moment même où Aileen dit cette phrase, la foudre frappa un arbre dehors, non loin de la bibliothèque. Rebecca se retint de sourire lorsqu’Aileen lui lança un regard noir lui conseillant de s’abstenir de toute réflexion et lui lâcha d’une voix grognon :

    « Sans commentaires ! »

    Je vous ai dit combien elle appréciait Rebecca ? xD Qui aime bien, châtie bien comme on dit ! Et puis l’adorable brunette était habituée au caractère volcanique de la belle Rebellious. Aileen ôta sa veste en jean toute trempée qu’elle posa sur le porte-manteau en bois devant la porte d’entrée puis elle demanda à Becca s’il y avait quelque chose de particulier à faire. La brune lui montra du doigt une rangée de livres tout au fond de la bibliothèque et lui dit qu’il fallait trier les ouvrages qui avaient été mélangés hier par une bande d’idiots incapables de remettre un livre à sa place d’origine. Aileen y alla bon gré mal gré, ce n’était pas tellement son truc le rangement. Elle prit la petite échelle, eh oui les bouquins étaient plutôt en hauteur et même si Aileen était grande ça ne suffisait pas dans ce cas là ! Cela faisait bien dix minutes qu’elle était occupée ; lorsque voulant faire la maligne et surtout souhaitant gagner du temps, elle tendit le bras pour remettre une encyclopédie à sa place sans avoir à bouger l’échelle. Sauf qu’elle manqua de perdre l’équilibre et sans faire exprès lâcha le gros livre par terre…sur le pied de quelqu’un à en juger par le retentissant « Aie » qui s’ensuivit. Elle baissa les yeux, et vit alors un grand brune loin de lui être étrangère. Tout le sang contenu dans son corps sembla venir se loger dans les joues d’Aileen à en juger par leur teinte très rouge à présent. Elle se racla la gorge puis lança :

    « Ahurm…Désolée ! Tu va bien, je ne t’ai pas fait mal ? »

    Question stupide. Forcément elle avait mal vu le pavé qui venait de lui tomber dessus.En plus de ça,Aileen se demandait bien comment elle lui expliquer le fait de lui avoir "posé un lapin".D'accord il y avait l'orage, mais bon elle aurait pu aller chez la jeune femme au moins...

    « Hey ça va là-bas ? J’ai entendu un gros bruit »
    cria alors de loin Rebecca, restée au comptoir de l’entrée. Aileen lui répondit sur un ton gêné : « Oui oui t’en fait pas Becca…juste un petit…incident ! »

    Décidément cette journée commençait bien, pensa la blondinette ironiquement.Normal, on était lundi matin.Aileen détestait le lundi matin, il se passait toujours des trucs pas croyables ce jour là, allez savoir pourquoi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dangerous-temptation.forumactif.us/index.htm
Keira Austin



Féminin
Nombre de messages : 42
Age : 28
Age du perso : 20 ans
Depuis combien de temps êtes vous sur l'île? : Depuis toujours
Date d'inscription : 10/05/2008

>>SoMe InFoRmAtIoNs AbOuT U<<
ReLaTiOnS:
Comment vous sentez vous ici ? Autre chose à ajouter?:
Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Re: Maladroite, vous avez dit maladroite? [Keira]   Lun 12 Mai - 16:41

Ce matin là, malgré l’orage qui avait éclaté tôt – probablement trop tôt aux yeux des lève-tard réveillés par la colère du ciel – Keira s’était rendu sur la plage une bonne demi-heure en avance, afin d’être sûre de ne pas rater Aileen, et pour s’éclaircir les idées après une nuit agitée peu reposante. Des cauchemars nébuleux durant lesquels elle se sentait chuter avant d’entendre des cris de bébés la hantaient parfois, avec quelques variantes à chaque fois, et tôt ce matin là elle s’était réveillée en sueur, le cœur battant. Le stress l’avaient empêchés de se rendormir.

Vêtue de son éternelle veste en cuir, Keira s’était accroupie sur le sable, en équilibre précaire, alors qu’elle fixait l’océan agité d’un regard distrait. Des cernes apparaissaient sous ses yeux fatigués, les premières gouttes de pluie venues en éclaireur dévalant lentement son visage fatigué. Malgré tout ce qu’elle voulait bien laisser croire, la blessure de sa fausse couche était loin de s’être refermée, et si parler avec William permettait d’apaiser ses tourments pendant quelques courts moments, rien ne vaudrait jamais l’amitié fraternelle qu’elle avait partagé avec Aileen. Elle regrettait tant leurs confidences à cœur ouvert, sur tous ces trucs de filles, plus ou moins importants, plus ou moins joyeux… rien ne vaudrait cette amitié et Keira tenait vraiment à la retrouver, quels que soient les efforts qu’elle devrait fournir pour l’obtenir.

Soupirant doucement, Keira se releva, la pluie ayant peu à peu évoluer en un véritable orage qui la laissait maintenant battue par les bourasques. L’heure prévue pour leur rencontre était largement passée. Pas d’Aileen en vue. Elle n’était nullement surprise, après tout avec un temps pareil, qui sortirait de chez soi ? Mais ça ne retenait pas une légère amertume au fond du cœur : si elles avaient toujours été amies, elles auraient braver sans hésiter une telle tempête pour se rejoindre… Les temps avaient changés, mais pas Keira.

Elle rejoignit lentement, l’échine courbée, le campement, où elle frappa à la porte de son amie avec force, pour couvrir le bruit de la tempête. Elle attendit de longues minutes, sans réponse. La pluie dévalant maintenant le long de son corps comme un véritable torrent, Keira ferma un instant, pour réfléchir. Aileen n’était sûrement pas à l’intérieur, alors où ? La réponse s’imposa naturellement, et elle se dirigea vers l’ouest de l’île.

Ses bottes de cuir épais s’enfonçaient dans la terre détrempée et, la tête penchée en avant pour regarder où elle allait, ses cheveux pendaient autour de son visage tandis que, les mains dans les poches, elle avançait résolument. Elle devait offrir une drôle d’image, mince silhouette bravant l’orage dévastateur sans ciller ni faillir.

Arrivée à la librairie, deuxième demeure d’Aileen, Keira était trempée jusqu’aux os. Son jean n’était pas bien mieux qu’une éponge, sa chevelure ressemblait à un vague amas d’algues brunes (les peigner promettait d’être une véritable séance de torture), et sa veste de cuir avait depuis bien longtemps abandonné l’idée de protéger son pauvre T-Shirt qui lui collait à la peau. Si avec ça elle n’attrapait pas la crève, on touchait au miracle. Mais c’était bien le dernier de souci en fait : c’est tout juste si elle s’arrêta sur le palier de la librairie, le temps d’essuyer ses bottes crottées sur le paillasson et de laisser le plus gros de la déferlante s’égoutter – et encore, c‘est bien parce qu’une brunette (dont elle ignorait à vrai dire le nom) l’avait fixé de manière menaçante (encore une accro aux livres qui ne supporterait pas qu’une misérable goutte atteigne une page… Keira ne pouvait pas vraiment lui en vouloir, après tout ils n’avaient pas de ressources illimitées sur l’île, et, comme la plupart des natifs, Keira avait été élevé dans le respect de ces rares et précieux biens).

Délaissant la collègue d’Aileen sans plus d’intérêt, Keira se dirigea vers les rangées d’étagères, prenant garde de ne toucher à rien, trempée comme elle l’était. Elle passa dans un certain nombre de rayons avant d’apercevoir la blondinette perchée sur une échelle. Un petit pincement de nostalgie lui rappela un instant les vieux jours où elle venait tirer Aileen de sa librairie pour la forcer à prendre un peu le grand air avec elle. Elle s’avança lentement, et silencieusement, sans vraiment le vouloir, aptitude naturelle d’une chasseuse habituée à se mouvoir avec discrétion.

Elle s’arrêta au pied de l’échelle, s’apprêtant à attirer l’attention de son ‘ex’-amie, lorsqu’une masse lui passa devant le nez sans qu’elle ait le temps de réagir et ne lui atterrisse lourdement sur le pied. Elle ne put retenir un petit cri de douleur spontané : la masse des connaissances atteignait même la plus endurcie des chasseuses…

La douleur se dissipant, Keira adressa une petite grimace accompagnée d’un léger grognement à Aileen, sensés signifier à la fois que ce n’était pas grave et qu’elle allait bien – et oui, tout un art de la déchiffrer. Ne prêtant pas attention à l’échange entre Aileen et sa collègue, Keira se pencha automatiquement pour récupérer l’encyclopédie. Sa main humide à un petit centimètre du volume, elle réalisa que c’était une mauvaise idée lorsqu’une goutte d’eau perla de sa veste en cuir pour atterrir sur la couverture du livre. Grimaçant aussitôt, elle se recula automatiquement, craignant d’abîmer l’ouvrage. Relevant la tête, elle offrit un petit regard d’excuse à Aileen, sachant combien elle tenait à ces livres et qu’elle en était de plus responsable.

D’un petit mouvement de la tête, Keira écarta l’une de ses mèches trempées de son visage et parla enfin, d’une voix neutre :


« Tu n’étais pas chez toi alors je ne voyais que la librairie… Je ne te dérange pas ? »

Elle ne mentionna pas le fait qu’Aileen était sensée la rejoindre et que de ce fait elle n’aurait même pas dû avoir besoin de la déranger. Elles le savaient toutes deux et il était inutile de s’étaler sur les détails qui ennuient. Et braquer ou mettre mal à l’aise Aileen était le dernier de ses objectifs.


Dernière édition par Keira Austin le Ven 16 Mai - 17:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/psychadelya/
Aileen Turner
Admiin & Dangerous Barby Doll ♥


Féminin
Nombre de messages : 1443
Age : 25
Age du perso : 21 ans
Depuis combien de temps êtes vous sur l'île? : Depuis que je suis née pauvre tache!
Votre credo : La vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie!
Date d'inscription : 24/03/2008

>>SoMe InFoRmAtIoNs AbOuT U<<
ReLaTiOnS:
Comment vous sentez vous ici ? Autre chose à ajouter?:
Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Re: Maladroite, vous avez dit maladroite? [Keira]   Mer 14 Mai - 21:55


    Quand Aileen détailla Keira de la tête aux pieds et constata qu’elle était totalement trempée, elle se trouva pitoyable. Elle eut franchement honte d’avoir pris le premier prétexte qui lui passait sous la main pour ne pas se rendre à leur rendez vous. C’est fou ce que la jalousie peut vous pousser à faire…quand elle était petite elle considérait Keira comme une sorte de jumelle, elle pensait que rien ne pourrait jamais les séparer et surtout pas un garçon. Surtout pas James. A l’époque, elle le voyait uniquement comme son grand frère et l’idée qu’un jour elle puisse tomber amoureuse de lui ne l’aurait même pas effleuré une seule seconde et quand bien même elle y aurait pensé elle aurait trouvé ça affreux. On s’était souvent moqué de leur amitié, du fait qu’un garçon et une fille passent tout leur temps ensemble…vous savez comme sont les enfants !Et pour elle c’était l’idée la plus bête qu’on eut jamais eue. Tout était encore simple, clair comme de l’eau de roche…son petit frère était encore en vie et même si la vie n’était pas rose, surtout avec un père alcoolique comme le sien, elle se sentait en paix avec elle même et avec le monde. Sans aucun doute possible les plus belles années de sa vie. Et aujourd’hui qu’est ce qu’il restait de cette belle période ? Rien, le néant…juste des souvenirs étouffants, cette nostalgie du temps passé qui ne la quittait jamais et lui écrasait le cœur. Keira et elle étaient comme des étrangères, on ne pouvait pas vraiment en dire bien mieux de sa relation avec James et son petit frère…celui qui lui donnait une raison de se lever tous les matins eh bien il avait disparu. « Disparu ».Elle employait souvent ce mot quand elle parlait de lui. Plutôt que de dire « Décédé. »Comme si ça atténuait sa douleur, comme si en ne s’avouant pas qu’il était mort elle se réveillerait un matin et il serait là, dans la chambre à côté de la sienne, comme si rien ne s’était passé. Comme si tout était comme avant. Au fond, Aileen n’a jamais réussi à en faire son deuil, pourtant elle l’a vu tomber…elle l’a vu tomber de la falaise. Mais au fond, tout au fond d’elle elle continue à vivre avec l’espoir fou et insensé que c’était une hallucination, ou bien qu’il a réussi à s’en sortir et qu’il vit terré quelque part dans une des grottes de l’île. Si au moins on avait retrouvé le corps…

    Bref, Aileen s’aperçut qu’elle était toujours perchée en haut de son échelle et qu’une fois n’est pas coutume, elle s’était perdue dans ses pensées. Elle ne l'avait même pas vu ramasser le volume, mais ce qu’elle constata c’est que celle ci le tenait maintenant à distance, et que des gouttes s’étaient déposées sur la couverture du vieil ouvrage. Celle ci lui prit alors la parole pour lui dire qu’elle espérait qu’elle ne la dérangeait pas. Le fait qu’elle soit si gentille lui accentua la sensation de mal être qu’elle éprouvait. Elle aurait du crier, s’énerver, au moins lui reprocher le fait qu’elle ait soit venue ici au lieu d’aller la retrouver…Aileen se serait sentie moins coupable et minable ainsi. Mais non, Keira n’était pas comme ça. Limite si elle ne s’excusait pas !Sans un mot, elle descendit l’échelle, puis une fois face à la brunette elle lui enleva doucement l’encyclopédie des mains. Elle passa sa main dessus histoire d’enlever un peu l’eau, puis elle tenta de faire un sourire à Keira, mais elle dut vraiment se forcer tant le cœur n’y était pas. Aileen aurait du s'excuser. Mais elle n'en fit rien. Au fond, elle n'était pas si désolée que ça. Keira s'était excusée elle, de lui avoir brisé le coeur? Non.

    « Je vois que toi et les livres c’est toujours pas le grand amour ! »lança t’elle sur un ton gentiment moqueur.

    Keira n’avait jamais été passionnée de littérature, ce qu’elle préférait c’était partir à l’aventure, respirer le grand air. Aileen aimait ça aussi mais le seul vrai moyen qui la permettait de s’évader se trouvait dans ses lectures. Quand elle lisait un bon bouquin, elle oubliait tous ses soucis, au moins pour quelques heures. De son point de vue, rien ne valait une belle histoire. Combien de fois miss Turner l’avait t’elle traînée dehors par la force ?C’était douloureux de se rappeler du lien si particulier qui les unissait à ce moment là quand on regardait à quoi ressemblait leur relation maintenant. Aujourd’hui ce n’étaient presque que non-dits et méfiance. Mais Aileen ne parvenait absolument plus à lui faire confiance. Peut être parce qu’elle n’avait jamais compris son acte. Si encore elle en avait été amoureuse…mais même pas !Elle était sortie avec lui quelques semaines à peine, et James lui avait avoué que s’ils avaient rompu c’était parce qu’ils n’étaient pas amoureux l’un de l’autre. Dans ce cas pourquoi aller gâcher une amitié qui durait depuis qu’elles avaient quoi ?Six ans ? Sans doute elle ne comprendrait jamais ce qui l’avait poussé à lui faire ça.

    Keira avait toujours été une sorte de pilier pour elle, elle l’empêchait de sombrer quand elle n’allait pas bien et par dessus tout c’était sa confidente. Elle avait aussi cette relation là avec James, mais comment dire…il y a des choses qu’on ne peut confier qu’à un autre fille. Comme ses sentiments pour ce dernier par exemple. Pour se livrer à quelqu’un, il fallait vraiment qu’elle soit en confiance totale, qu’elle n’ait aucun doute sur la personne en face d’elle. Et miss Austin représentait parfaitement cette amie idéale là. Sauf que…sauf que quelques jours plus tard elle l’avait surprise avec celui qu’elle aimait, main dans la main comme si c’était la chose la plus naturelle du monde. Elle n’était même pas venue la voir pour lui dire et qu’elle ne se prenne pas une grande claque en pleine figure en les voyant ensemble. Non elle avait préféré lui cacher, par lâcheté sans doute. Rarement Aileen s’était sentie si en colère après quelqu’un. Elle avait alors décidé de la rayer de sa vie à jamais. Et croyez moi ça lui avait coûté. La belle brune lui avait manqué à un point inimaginable, mais elle avait du faire avec. Lui parler, rien que la regarder dans les yeux lui faisait encore plus mal à l’époque.

    Et aujourd’hui, voilà où elles en étaient. Plus vraiment des amies, ni des ennemies. La blondinette ne savait pas tellement comment se comporter avec elle. Elle avait changé, peut être que Keira aussi. Peut être que cette dernière avait changé en bien, mais pour ce qui était d’Aileen c’était sans aucun doute en mal.

    « Non…tu ne me dérange pas. Tu aurais quand même mieux fait de rester chez toi par un temps pareil. » ajouta Aileen.

    Je sais ce que vous pensez. Vous pensez que le message caché de ces paroles c’est « Tu aurais mieux fait de rester chez toi, c’était pourtant clair que j’avais pas envie de te voir ». Honnêtement, il y avait de la vérité là dedans. Oui elle avait cherché à l’éviter. Oui elle avait pris le moindre petit prétexte pour ne pas la retrouver. Mais est ce qu’elle trouvait ça si dérangeant que Keira soit à présent devant elle ? Non pas vraiment. Dans un sens elle était même contente qu’elle soit venue. Si elle avait affronté l’orage, au sens propre pour une fois, c’était qu’elle comptait toujours pour elle et ça aurait été mentir de ne pas avouer que ça lui faisait franchement plaisir. Elle n’était pas encore prête à lui tomber dans les bras ni à lui pardonner dans sa tête mais malgré tout elle espérait qu’il restait encore quelques fragments de leur amitié d’antan et que qui sait, elle pourrait un jour les recoller pour former un tout. Aileen tenait toujours son précieux livre à la main. Elle passa presque affectueusement la main sur la couverture rugueuse et ancienne, puis elle se décida enfin à remonter sur l’échelle pour le remettre à sa place…sans tomber ou laisser tomber quelque chose cette fois ci. Une fois redescendue elle fixa la jeune femme droit dans les yeux. Elle ne redoutait pas de croiser son regard, elle n’arrivait plus à y lire grand chose de toute façon. Repoussant une mèche de cheveux rebelle de devant ses yeux, elle regarda sur le côté, vers la sortie de la bibliothèque et demanda à nouveau :

    « Alors…qu’est ce qu’on fait ? Je doute que tu ais envie de rester ici. Mais en même temps il pleut toujours des cordes. Enfin…l’orage s’est calmé au moins. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dangerous-temptation.forumactif.us/index.htm
Keira Austin



Féminin
Nombre de messages : 42
Age : 28
Age du perso : 20 ans
Depuis combien de temps êtes vous sur l'île? : Depuis toujours
Date d'inscription : 10/05/2008

>>SoMe InFoRmAtIoNs AbOuT U<<
ReLaTiOnS:
Comment vous sentez vous ici ? Autre chose à ajouter?:
Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Re: Maladroite, vous avez dit maladroite? [Keira]   Ven 16 Mai - 17:28

[HJ : Désolée, il m'a finalement pris plus de temps et d'énergie que prévu, pas facile de se lancer dans les excuses sans que ce soit horriblement niais ! XD]


Immobile, Keira, engoncée dans ses vêtements trempés, accepta sans mot dire l’inspection de sa vieille amie, notant qu’elle semblait un court instant perdue dans ses pensées. Elle ne pouvait lui en vouloir, Keira elle-même posait un regard neutre mais pensif sur celle qui rythmait sa vie il y a quelques années de cela. Plus qu’une amie, une véritable sœur. Et les hommes étaient entrés dans son petit univers alors qu’elle les avait jusque là ignorés, lui apportant tendresse et désir, une tornade de sentiments nouveaux et passionnants s’achevant finalement sur la douleur, la tristesse et la solitude, ne laissant qu’un goût amer en son coeur. Tout ça en contrepartie du rayon de soleil qu’était Aileen ? Elle y avait définitivement perdu au change.
Certains jugeraient probablement qu’elle n’avait obtenu que ce qu’elle méritait après avoir trahie sa meilleure amie, et Keira ne leur donnerait pas forcément tort. Les plus psychologues et compatissants mettraient en avant que la perte de son père avait probablement été un élément déclencheur de son comportement étrange, de sa recherche d’une constante masculine dans son existence, elle qui avait toujours considéré son père comme un roc inébranlable auquel elle pouvait toujours se raccrocher, et ils n’auraient probablement pas tort. Pour ce que cela changeait… rien aux yeux de Keira, probablement encore moins à ceux d’Aileen. La trahison n’était pas une chose qu’elles prenaient à la légère, et Keira aurait été dans le même état d’esprit si les rôles avaient été inversés.

Keira posa un regard distrait au livre qu’Aileen caressait doucement, écartant l’eau profanatrice avec soin. Elle releva les yeux sur le sourire tendu de la jeune femme. Ses lèvres s’étirèrent à son tour en un petit sourire en coin maladroit aux paroles gentiment moqueuses.


« Désolée. Ils ont toujours été trop fragiles pour moi. » avoua-t-elle.

Il est vrai que la première fois qu’elle était entrée à la librairie et avait pris maladroitement un livre trop grand pour elle entre ses mains, l’aînée qui les gardait alors lui était tombée dessus en lui demandant d’en prendre soin, lui expliquant en long et en large qu’ils étaient très précieux car seuls recueils du monde extérieur. Il n’en avait pas fallu plus pour braquer Keira. Elle avait mis un bon moment avant d’accepter d’en tenir un à nouveau entre ces mains, et même dès lors elle craignait toujours de l’abîmer, les traitant en quelque sorte comme un gros bébé en porcelaine : avec tendresse, circonspection et beaucoup de prudence, voir même un peu de crainte, un peu comme si elle craignait que le spectre de l’aînée ne réapparaisse si elle froissait une page. Ce n’était pas vraiment le mieux pour se sentir à l’aise en lisant.
Elle n’avait pas besoin de faire autant de manières quand elle se promenait dans la jungle, bien qu’avec l’âge et l’expérience elle avait appris à être bien plus délicate et prudente que certains de ses congénères avec la végétation, évitant tant qu’elle le pouvait de casser des branches, marchant d‘un pas léger sur l’humus frais. Tous ces détails qui la rendaient difficile à traquer et naturellement liée à la jungle, peut-être au final aurait-elle pu les gagner dans cette librairie, comme Aileen était dans son élément ici, à la force de l’habitude. Mais elle n’avait jamais eu non plus l’amour inné de la jeune femme pour ces vieux ouvrages. Elle préférait les histoires qu’elle s’imaginait elle-même, elle préférait les récits que lui comptaient la nature, et surtout… elle détestait la poussière. Non mais c’est vrai quoi, à chaque fois qu’elle rentrait ici elle avait l’impression qu’elle allait éternuer. Elle avait bien trop l’habitude du grand air.
Bref, en gros elle n’y rentrait que pour voir Aileen… ce qui signifiait qu’elle n’y avait pas mis les pieds depuis plusieurs années maintenant… et c’était toujours aussi poussiéreux.


« Tu me connais… rien ne m’arrête quand j’ai quelque chose en tête. » répondit-elle simplement, replaçant machinalement l’une de ses mèches trempées derrière ses oreilles.

La double signification de la remarque d’Aileen ne lui avait pas échappé. Elle savait bien que la blondinette n’était pas vraiment très enthousiaste à l’idée de la voir et de lui parler, elle ne lui avait pas vraiment couru après ces derniers temps, c’était plutôt le contraire. Mais penser qu’il en fallait si peu pour décourager une Keira décidée à la voir c’était de la dénégation pure et simple.
Elle la suivit des yeux lorsqu’Aileen reprit en place le précieux livre et haussa un sourcil à ses paroles suivantes, un petit sourire en coin aux lèvres.


« Je pense que je peux survivre quelques temps ici. Je ne suis pas allergique. » assura-t-elle. Enfin, elle ne croyait pas. Était-elle allergique à la poussière ? On le saurait si elle s’arrêtait de respirer… « Et je suis déjà bonne pour un rhume, inutile qu’on soit deux. » termina-t-elle, en toute franchise et ironie.

Elle se tut un instant, fixant Aileen avec détermination. Elle inspira, porta son poids sur sa jambe droite, posant sa main sur sa hanche, se mettant à l’aise pour se lancer.


« Je voulais m’excuser. Je sais que tu m’as dit que tu m’avais pardonné, que ça remontait à loin, etcetera… Mais ça t’a blessé… je t’ai blessé. Et je voulais que tu saches que je le regrette vraiment. C'est la chose la plus stupide que j'ai faite et c'est pas peu dire. Je m’en veux terriblement et… j’aimerais vraiment que tu me donnes une deuxième chance. »

Sa voix grave s’éteignit brusquement, juste à temps pour éviter les trémolos pathétiques dans la voix qui ne lui ressemblaient pas du tout. Depuis sa fausse couche elle avait plus de mal à maîtriser ses émotions. Elle était pour ainsi dire à fleur de peau. Ce n’était pas vraiment le meilleur état d’esprit pour se lancer dans les discours francs et sentimentaux mais peut-être que tout ce dont elle avait besoin pour remonter la pente c’était justement de franchir ce pas, de récupérer sa meilleure amie.

« Tu me manques Aileen. » avoua-t-elle finalement, ne pouvant s’empêcher de se mordiller un court instant la lèvre inférieure pour contenir la tristesse qui montait inévitablement, fixant en toute franchise son ex-amie dans les yeux. « Je ferai tout ce qu’il faut pour réparer mes erreurs... sauf passer toutes mes journées entières ici pendant des semaines, par pitié » termina-t-elle, réussissant finalement à esquisser une petite grimace qui souhaitait détendre l'atmosphère, autant pour Aileen que pour elle-même. Si elle se mettait à pleurer c'était la fin des haricots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/psychadelya/
Aileen Turner
Admiin & Dangerous Barby Doll ♥


Féminin
Nombre de messages : 1443
Age : 25
Age du perso : 21 ans
Depuis combien de temps êtes vous sur l'île? : Depuis que je suis née pauvre tache!
Votre credo : La vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie!
Date d'inscription : 24/03/2008

>>SoMe InFoRmAtIoNs AbOuT U<<
ReLaTiOnS:
Comment vous sentez vous ici ? Autre chose à ajouter?:
Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Re: Maladroite, vous avez dit maladroite? [Keira]   Dim 18 Mai - 15:26


    « Tu me connais… rien ne m’arrête quand j’ai quelque chose en tête. »

    C’était bien vrai ça. Keira était encore plus têtue qu’elle, ce qui était un véritable exploit en fait. La preuve était là : quand elle avait voulu sortir avec James, elle l’avait fait bien qu’Aileen lui ait avoué quelques jours plus tôt avoir des sentiments pour elle. Elle avait beau essayer de se dire que c’était du passé tout ça, elle ne parvenait pas à se sortir la trahison de sa meilleure amie d’enfance de la tête. La blessure n’était toujours pas cicatrisée, pourtant ce n’était pas faute d’avoir essayé de la soigner.

    « Comme tu voudra…On partira quand l’orage se sera calmé si tu veux. »répondit Aileen à Keira après que celle ci lui ait dit qu’elle était prête à supporter le fait de rester cloîtrée dans ce lieu quelques temps encore.

    Elle soutint le regard de la belle brune, elle vit qu’elle était sur le point de parler, de dire quelque chose d’important. Quelque chose qui peut être changerait leur relation. Aileen ne s’était pas vraiment attendue à cette avalanche de déclarations. Cela faisait des semaines qu’elles tournaient autour du pot, évitant à tout prix LE sujet tabou. Elles y pensaient évidemment toutes les deux à chaque instant qu’elles partageaient ensemble mais jamais elles n’énonçaient le problème à voix haute. Peut être car comme on dit il ne faut pas réveiller l’eau qui dort. Mais dans le fond c’était une manière d’agir très hypocrite. Aileen lui en voulait toujours et Keira en était parfaitement consciente, pas besoin d’être devin pour s’en rendre compte ! Tous les mots du monde ne feraient pas revenir la confiance mais la jolie blonde se sentit comme apaisée en entendant ces paroles. C’était la première fois qu’elle s’excusait réellement. Quand Keira eut fini de parler, elle la regarda quelques instants, interdite. Elle avait du mal à trouver quoi lui dire. Elle ne savait pas si elle était prête à lui donner une deuxième chance, pourtant elle voyait bien que les intentions de Keira étaient honnêtes. Son ancienne amie était au bord des larmes, elle le sentait. Aileen prit une profonde inspiration puis elle se mit enfin à parler :

    « Tu sais Keira…je…j’ai jamais vraiment compris pourquoi t’avais fait ça. Si tu l’avais vraiment aimé, ne serait ce qu’autant que moi…je…j’aurais pu comprendre. Je suppose que parfois il faut accepter de tout risquer et de tout briser par amour…Mais…même pas…Je n’arrive plus à te faire confiance, pourtant j’essaie vraiment. Je te jure que j’essaie. Mais j’arrête pas de me dire que si tu m’a trahie pour un garçon que tu n’aimais pas plus que ça, alors tu serais capable de le faire pour n’importe quoi d’autre. Pourquoi tu as fait ça? Je ne sais même pas si toi même tu le sais!»

    Aileen reprit son souffle. Voilà elle l’avait dit. Rarement elle n’était capable de se livrer aux autres, de leur avouer quand elle allait mal ou même quand elle se sentait bien. C ‘était à eux de deviner. Mais là c’était comme si les mots étaient sorti de sa bouche tous seuls, naturellement. Peut être parce qu’elle les pensaient depuis un bon bout de temps mais qu’ils étaient jusqu’à alors restés coincés au fond de sa gorge. Ce n’était sûrement pas agréable à entendre pour Keira, ça c’était sûr. Mais c’était la vérité. Elle n’avait pas envie de lui mentir, de lui tomber dans les bras en lui disant que tout était pardonné, qu’elle ne lui en voulait plus comme si rien ne s’était passé. Non Aileen n’en était pas capable, jouer à ce genre de jeu. Il y avait pas mal de colère et d'amertume dans sa voix. Elle n'avait pas crié, non elle l'avait dit très doucement au contraire mais c'était surement encore plus difficile à entendre. Les colères froides sont les pires, c'est bien connu.


    « On ne peut pas revenir en arrière. On ne peut pas tout effacer comme ça d’un coup de baguette magique et je ne pense pas qu’un jour on pourra redevenir aussi proches qu’on l’a été. Tu n’a peut être pas tellement changé. Mais moi si. Et je ne suis pas sure que la personne que je suis devenue te plairait. »

    C’est vrai qu’Aileen allait de plus en plus mal. De plus en plus elle terminait ses journées au Black Pirate, de plus en plus elle finissait dans le lit de garçons dont elle n’avait strictement rien à faire…de plus en plus elle ressassait des idées noires. C’était depuis sa rupture avec James. Elle avait commencé à mal tourner à partir de là. Quoi qu’il en soit, aujourd’hui elle savait qu’elle n’était plus la même personne qu’avant. Elle se renfermait de plus en plus sur elle même, et laissait de moins en moins les autres percer sa carapace. Sa peur de souffrir avait pris le pas sur tout en fin de compte. C’était un cercle vicieux dont elle n’arrivait plus à se sortir. Aileen se dit alors qu’avec ce qu’elle venait de dire à Keira, c’était comme si elle tirait un trait définitif sur leur amitié. Pourtant ce n’était pas ce qu’elle voulait. Elle la détestait autant qu’elle l’aimait probablement. C’est vrai, elles ne pouvaient pas tout effacer. Mais peut être qu’elles pouvaient avancer. Peut être repartir sur de nouvelles bases. Pas forcément en tant que meilleures amies, mais en tant qu’amies…et avec le temps Aileen espérait qu’elle trouverait la force en elle pour tourner la page, pour retrouver la complicité qu’elles avaient perdu. Encore fallait t’il qu’elle trouve le courage de lui dire tout ça. Keira ne pouvait pas en faire plus, elle n’allait pas non plus la supplier à genoux de la pardonner.

    « Je…tu…j’accepte tes excuses. »souffla Aileen dans un ultime effort.

    « Je ne te promet pas que tout redeviendra comme avant…mais je pense qu’on peut avancer…ensemble....sans forcément que tu sois obligée de passer toutes tes journées dans cette bibliothèque tu aime tant»ajouta t'elle avec un très léger sourire au coin des lèvres à cause de sa dernière remarque.

    Aileen se tordait à présent les mains, comme elle le faisait à chaque fois qu’elle était nerveuse. Elle en avait plus dit en cinq minutes qu’elle ne l’avait fait en cinq ans. Elle avait gardé tout ça trop longtemps au fond de son cœur et elle se sentit tellement… soulagée. Oui c’était vraiment le mot juste.


[Gros manque d'inspiration de mon côté aussi...Désolée! ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dangerous-temptation.forumactif.us/index.htm
Keira Austin



Féminin
Nombre de messages : 42
Age : 28
Age du perso : 20 ans
Depuis combien de temps êtes vous sur l'île? : Depuis toujours
Date d'inscription : 10/05/2008

>>SoMe InFoRmAtIoNs AbOuT U<<
ReLaTiOnS:
Comment vous sentez vous ici ? Autre chose à ajouter?:
Open for a topic?: Open(LL)

MessageSujet: Re: Maladroite, vous avez dit maladroite? [Keira]   Dim 18 Mai - 17:31

Elle était reconnaissante qu’Aileen ne l’ait pas interrompu au cours de sa tirade. Se lancer était la chose la plus difficile. Ça faisait un bon moment qu’elle essayait vainement de faire sortir ces mots coincés dans sa gorge et à chaque fois elle trouvait une excuse pour le remettre à plus tard. Ce matin elle s’était levée avec une détermination formée par la lassitude de cette situation où elle jouait au chat et à la souris. Et après avoir couru après Aileen à travers vents et marées elle n’allait pas reculer maintenant, ça en aurait été vraiment grotesque.

Maintenant qu’elle avait ouvert son cœur et tout déballer elle se sentait étrangement… calme. Bien qu’elle avait toujours le cœur serré et les larmes menaçantes, l’état de nervosité constant qui l’accompagnait depuis le jour où elle avait décidé de se rabibocher avec Aileen semblait l’avoir quitté. Seule était restée la résignation de celle qui sait que quoi qu’il arrive désormais elle ne pouvait plus y faire grand-chose ou faire marche arrière. C’était une sorte de libération qui l’aida à garder le contrôle de ses nerfs lorsque Aileen lui donna à son tour le fond de ses pensées.

Pensées peu flatteuses pour Keira, il est vrai, mais elle n’avait jamais eu le beau rôle dans cette affaire de toute manière. Le pire était probablement qu’elle n’avait rien à répondre à cela. Comme mentionné précédemment, un psy aurait probablement pu avancer quelques explications mais Keira ne se cherchait pas d’excuses. Il n’y avait que la réalité brute et douloureuse des faits. Et si Keira souffrait d’être jugée comme indigne de la confiance d’une amie à cause de ses actes passés, de ses actes stupides réalisés sur un coup de tête, elle ne serait pas de celles qui chercheraient une porte de sortie. Elle avait toujours assumée ses choix, aussi douloureuses les conséquences soient-elles.

A son tour, elle resta silencieuse jusqu’au bout, acceptant sans un mot les paroles lourdes de poids de son ami. Son cœur semblait prêt à exploser lorsque Aileen lui dit qu’elles ne pouvaient pas revenir en ailleurs, avant de s’apaiser à ses derniers mots. Elle soupira doucement, lentement en fixant son regard à celui d’Aileen lorsqu’elle se tut. Un petit sourire en coin était né à son tour sur ses lèvres, et elle saisit les mains de la blondinette dans les siennes en remarquant son tic. C’était un geste qui venait du cœur, le geste d’une amie pour soutenir un proche. Et la première fois qu’elle avait osé touché Aileen depuis très très longtemps.


« Aileen… Je n’ai aucune explication pour ce que j’ai fais, rien de sensé, rien qui ne pourrait apaiser ta peine. Mais moi aussi j’ai changé. Et s’il y a une chose dont je suis sûre, c’est que peu importe ce qui arrivera, peu importe ce que j’ai manqué en m’éloignant de toi, rien ne me fera renoncer aujourd’hui à ton amitié. Encore moins les stupidités que tu pourrais te faire à toi-même. J’ai été là pendant dix ans pour toi et je n’ai jamais flanché malgré tes sautes d’humeur, ça ne va pas commencer maintenant que je te retrouve à peine. Tu ferais bien de t’en souvenir car ça, ça ne changera jamais. »

Son ton était ironique mais toujours aussi franc. Bien qu’elle ait gravement failli à son amie en ce jour où elle lui avait avoué son amour pour James, quelques soient les mauvaises passes qu’Aileen ait traversé auparavant, Keira avait toujours été là : à la mort de son frère, pendant les crises d’alcoolique de son père… elle avait supporté son caractère changeant sans un mot, quitte à l’obliger à se bouger, à se changer les idées.
Elle lui lâcha gentiment les mains sans baisser les yeux.


« Une fois n’est pas coutume, je ferais preuve de patience. Que tu me donnes une nouvelle chance c’est tout ce que je peux demander. » conclut-elle.

Oui, elle avait changer elle aussi. Ce n’était pas évident car c’est ainsi qu’elle le voulait. Elle se refusait à ce qu’Andrew et son insupportable cousine réalisent combien elle avait souffert de cette histoire. Combien aujourd’hui encore elle gardait une blessure béante au fond du cœur, et combien elle avait perdu confiance en la gente masculine. Au revoir le besoin de tendresse masculine et de passion qui avait un temps guidé sa vie, c’était quelque chose de plus simple et profond à la fois qu’elle avait besoin aujourd’hui : l'amitié pure de sa (ex) meilleure amie. Et avec ça était venue la maturité de celle qui refuse de perdre ce qu’elle a de plus cher…




[HJ : Ca devient plus facile une fois la série des grandes excuses et déclarations terminées. XD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/psychadelya/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maladroite, vous avez dit maladroite? [Keira]   Aujourd'hui à 21:35

Revenir en haut Aller en bas
 
Maladroite, vous avez dit maladroite? [Keira]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» QUELS SONT LES MEILLEURS LIVRES QUE VOUS AVEZ LU ?
» Vous avez déjà osé la mesurer ?
» Vous avez bonne mine !
» [Printemps 2010] Le personnage auquel vous avez le plus accroché ?
» Dégustation... ....les fois ou vous avez bien dégusté!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~Beyond Mysteries~ :: ATLANTIS ISLAND :: { Atlantis West } :: La Librairie-
Sauter vers: